tique

Etude épidémiologique de la maladie de Lyme

Identification des bactéries et virus dans les glandes salivaires des insectes piqueurs (Maladie de Lyme, Dengue, Schikungunhia…)

Chères confrères et consœurs,

La maladie de Lyme, maladie due aux bactéries du genre Borrelia, est transmise lors d’une morsure de tiques. Non soignée, cette infection peut devenir chronique et diffuser de la peau à tout l’organisme. Elle donnera alors des complications graves qui peuvent toucher plusieurs organes (articulations, cerveau, cœur…).

Il est facile de prévenir les complications car la maladie de Lyme se traite si elle est détectée tôt mais le diagnostic n’est pas aisé.

Il n’y a pas de risque de contamination  pour le personnel soignant avec les animaux atteints ; mais toute personne peut être contaminée par une tique le plus souvent dans des zones enherbées et les symptômes couramment observés sont une grande fatigue générale, des céphalées inhabituelles, accompagnées par des douleurs articulaires ; la morsure de la tique provoque une petite inflammation locale ;  on ne peut pas parler d’une symptomatologie spécifique à la maladie de Lyme.

Le genre Borrelia comprend plusieurs espèces,  et toutes ne sont pas pathogènes pour l’homme ;

Parmi les espèces pathogènes pour l’homme, seules 6 provoquent la maladie de Lyme:

* B. burgdorferi s.s. (sensu stricto);

* B. afzelii,

* B. garinii,

* B. bissettii,

* B. spielmanii,

* B. kurtenbachii

Elles font partie d’un groupe d’espèces plus large communément appelé  Borrelia burgdorferi sensu lato (s.l.).

Etude Epidémiologique

DiagNucleis, plateforme de diagnostic d’ADNucleis, lance une étude épidémiologique de la maladie de Lyme – et plus généralement sur les maladies transmises par les insectes piqueurs- sur l’ensemble du territoire français à partir de septembre 2016 dans le cadre des recherches de son département R&D.

Les insectes piqueurs recueillis peuvent être envoyés à notre laboratoire pour étude. Les résultats sont renvoyés au prescripteur, donc vous-même mais nous accepterons également les envois réalisés par les professionnels de santé (vétérinaires, médecins, pharmaciens) qui pourront être informés par vous.

Attention: seuls les vétérinaires ou les professionnels de santé sont autorisés à prélever et envoyer les insectes au laboratoire.

Pour nous faire parvenir votre échantillon, il est indispensable d’ouvrir un compte dans notre laboratoire(cliquez ici) et de faire une demande d’analyse (cliquez ici)

puis, envoyez votre échantillon à l’adresse suivante:

Laboratoire DiagNucleis

ÉPIDÉMIOLOGIE LYME

3 route des pierres blanches

69290 Grezieu la Varenne

Les modalités d’envois sont identiques à celles de l’envoi d’un échantillon.

Etude Clinique

Par ailleurs le laboratoire ADNucleis propose trois types d’analyses pour les animaux suspects de maladie de Lyme:

Cibles à la carte:

Borrelia burgdorferi sensu lato (chien)

Borrelia burgdorferi sensu lato (chat)

Bilans

BILAN CN LYME/ chien:

Flore Totale + Bordetella spp + Borrelia (espèces pathogènes) + Babesia + Ehrlichia + Anaplasma+ Rickettsies

BILAN FL LYME/ chat:

Flore totale + Bordetella spp + Borrelia (espèces pathogènes) + Babesia + Ehrlichia + Anaplasma + Rickettsies

Prélèvement : sang sur EDTA pour les malades , tique ou autre insecte piqueur pour la recherche épidémiologique 

Conservation du prélèvement :  à température ambiante 

En vous remerciant, nous vous prions de croire à l’assurance de nos sentiments très respectueux.

Professeur Michel Franck

Docteur vétérinaire

CEO/Président de ADNucleis

 

Contact : Virginie Morel

Mail : v.morel@adnucleis.com

Tel :+33(0) 478 571 640

Borrelia burgdorferi : la recrudescence.

newsletter tiqueAnalyse par PCR: LA méthode alternative.

Diagnostiquer Lyme chez les animaux présente les mêmes difficultés que pour l’homme : douleurs et manifestations cutanées, rhumatologiques, neurologiques, cardiologiques, oculaires, hépatiques…

La liste est longue, d’où la complexité de poser un diagnostic. 

En 2003 déjà, le rapport sur la maladie de Lyme de l’Institut de veille sanitaire (InVS) faisait clairement apparaître que cette maladie était une zoonose dont le caractère émergent et la gravité potentielle se devait d’être surveillée.

Un réseau de surveillance de la maladie de Lyme est mis en place par les autorités avec pour objectifs de décrire la maladie et d’estimer son incidence […], de déterminer les zones géographiques les plus à risque dans la région, afin d’informer les professionnels de santé et la population en se basant sur des données fiables. » lire l’étude

Alors que partout dans le monde il est fait état d’un nombre croissant de cas (animaux et humains), que le nombre d’associations se multiplie, se professionnalise pour aider la recherche (Lyme sans Frontière, France Lyme…), le Ministère des Affaire Sociales et de la Santé fait le constat suivant :

« En 2014 le nombre de nouveaux cas en France a été estimé par le Réseau Sentinelles à 26 146 ; ce chiffre est stable depuis 2009 »Lire le rapport.

Le Docteur Péronne, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Raymond Poincaré à Garches (Hauts-de-Seine), « déplore la méconnaissance et le manque de mobilisation de l’Etat français autour de cette maladie, qui touche « officiellement quelques dizaines de milliers » de personnes dans le pays, « mais vraisemblablement beaucoup plus parce que les tests ne sont pas fiables. » Lire l’interview

Des chercheurs de l’Université de Munich étudient les incidences du réchauffement climatique sur la faune et la flore. Ils concluent de manière claire que le développement de bactéries, virus et parasites augmentant proportionnellement à la température, la tique comme les tous les insectes piqueurs, « gagnent du terrain de manière alarmante » et avec lui, les zoonoses transmises par piqûre, succions et aspirations. Lire l’article

Par ailleurs, en France, on associe la maladie de Lyme à la Borrelia et plus précisément Borrelia burgdorferi (alors que B. burgdorferi est l’espèce la moins représentée en Europe), alors que partout ailleurs, on associe à Lyme les co-infections suivantes : Babesia (32%), Bartonella (28%), Ehrlichia (15%), Mycoplasma (15%), RMSF (6%) et Anaplasma (5%).Lire l’étude

La méthode alternative la plus fiable reste aujourd’hui la PCR (Polymerase Chain Reaction). Les laboratoires vétérinaires la proposent. Pour la partie animale, les détections sont nombreuses et les vétérinaires sont extrêmement satisfaits des résultats par la méthode, mais pour l’homme, la PCR n’est toujours pas reconnue en tant que méthode de référence. Certains médecins font analyser leurs échantillons en Allemagne pour obtenir des résultats alors qu’en France, nous disposons de tous les moyens nécessaires et suffisants pour le faire.

Le rapport du réseau Sentinelle établi noir sur blanc que les tests de détection de Lyme ne sont pas efficaces. Le Haut Conseil de la Santé Publique également. Et pourtant, l’Immunofluorescence indirecte (IFI), les tests Elisa ou le Western-Blot, utilisé comme méthode de confirmation, sont toujours utilisées pour qualifier et quantifier Lyme en France.

Que faire ?

En Allemagne, où la PCR est la méthode de détection de Lyme, on répertorie 20 fois plus de cas qu’en France écouter l’interview. Si les chiffres étaient justes, le nombre de cas de contamination de l’homme et de l’animal par la tique ferait basculer les industriels, les laboratoires et les autorités de santé publique vers une vraie prise en charge de la maladie et de ses vecteurs de propagation.

En attendant, tout le monde attend.

V.M 04/07/2016

Informations complémentaires sur notre site www.diagnculeis.com

Pour toute commande d’analyse, cliquez ici:

Espèce féline: Bilan LYME Chat

Espèce canine: Bilan LYME Chien

DiagNucleis, plateforme innovante d’analyses vétérinaires

 

Lyon le 18 avril 2016

 

Chers confrères et consœurs,

La société ADNucleis créée la plateforme de diagnostic vétérinaire DiagNucleis, alors que jusqu’à présent la société se contentait de fabriquer des kits PCR destinés aux laboratoires d’analyses.

L’analyse PCR consiste, vous le savez, à extraire l’ADN ou l’ARN de l’échantillon (ce dernier est transformé en ADN complémentaire) et à amplifier une ou plusieurs fractions de cet ADN grâce à une enzyme, une polymérase appelée la Taq (pour Thermophilus aquaticus).

L’avantage de cette technique est sa rapidité puisqu’un diagnostic se fait en 3 heures ; notre objectif est de renvoyer le résultat par mail au vétérinaire prescripteur (donc vous-même) le jour de la réception de l’échantillon, si ce dernier arrive au laboratoire avant 13h.

En prenant notre solution chronopost, en demandant l’enlèvement ou en posant le colis le jour J0 à votre bureau de poste (attention la levée chronopost est parfois avant l’heure de levée officielle du courrier), le colis arrivera normalement (sauf accident de parcours !) le lendemain matin J1 au laboratoire, et le résultat de l’analyse vous sera transmis le soir du J1.

Quelques années de R&D m’ont permis d’apporter à cette technique 2 innovations intéressantes pour son développement :

  1. Le prix: c’est le principal défaut de cette technique dont le prix est resté longtemps « perché » à des niveaux inaccessibles, entrainant le refus des décideurs de l’utiliser en routine en lieu et place de la bactériologie–virologie classique ; mon objectif a été dès le départ de ramener le prix de cette technique au niveau des prix des autres techniques conventionnelles.
  1. L’automatisation de l’analyse et en particulier de l’extraction qui permet de réduire considérablement le temps opérateur sur des étapes répétitives au profit d’une meilleure préparation de l’échantillon et d’une interprétation accrue des résultats.

Ces deux innovations nous permettent de proposer des prix particulièrement attractifs (FELV-FIV pour 37€ TTC) et en moyenne inférieurs de 30% par rapport à la moyenne de mes concurrents, et en ouvrant largement la PCR à tous les domaines possibles d’investigation, donc non seulement les virus et les bactéries mais aussi les levures, les champignons, les parasites…

Par ailleurs, autre élément d’intérêt, cette technique exige un minimum de volume d’échantillon, mais ce minimum est, au moins, de 100 µl soit 1/10 de cm3; de fait il est possible de prendre 1 goutte épaisse de sang sur du papier filtre en microfibres (pas de filtre cellulose ou coton), en prenant un minimum de précautions pour ne pas contaminer l’échantillon (gants, nettoyage –sans alcool ! – de la zone de prélèvement –face interne de l’oreille, de la cuisse, extrémité de l’ongle, coussinet plantaire, espace interdigité –). En vous priant de bien vouloir réserver ce type de prélèvement aux chats, alors qu’ils sont en phase d’infection aigüe.

Il est aussi possible de prélever

  • des poils pour certaines analyses notamment les filiations (génotypage) en veillant à prélever suffisamment de bulbes pileux (une dizaine minimum)
  • ou des cellules par raclage de la face interne de la joue avec des petites brosses de prélèvement, en prenant soin d’éviter le prélèvement après un repas (2 heures de délai).

Le matériel de prélèvement ainsi que les plaquettes de demande de diagnostic peuvent être demandées en amont, à noter que toute nouvelle inscription au site Web vous permet de recevoir quelques kits de prélèvements gratuitement.

Pour l’instant seuls les carnivores domestiques sont traités, mais les analyses pour les chevaux, les bovins, les porcins, les volailles, seront proposées dans le courant du 1er semestre 2016.

Je diffuserai une newsletter mensuelle à destination de ceux qui souhaiteraient être informés de l’activité de notre plateforme de diagnostic ; une simple réponse de votre part vous permettra d’être inscrit et de recevoir ce document, un lien qui me permettra aussi de répondre à vos requêtes, et de vous informer sur les nouveautés de notre laboratoire.

Le site web comporte les principaux éléments de renseignements pratiques quant à l’envoi de l’échantillon et les options de prélèvements ; il vous propose une analyse à la carte, c’est-à-dire une demande spécifique d’investigation, ou une analyse intitulée « bilan » impliquant la recherche automatique de plusieurs germes variables selon la gravité de l’affection…

A votre disposition pour enrichir ce site web et l’étendue de nos analyses ou des bilans proposés.

N’oubliez pas de demander votre inscription à la  newsletter ! Toute création de compte DiagNucleis ou d’inscription à la newsletter génèrera un envoi de kits de prélèvement gratuit.

 

Bien à vous tous et toutes.

Michel Franck

+33 (0) 478 571 640

+33 (0) 660 960 141

 

DiagNucleis

www.diagnucleis.fr

 

AD Nucleis SAS

www.adnucleis.com

3 Route des Pierres Blanches

69290 Grézieu la Varenne

FRANCE

 

 

Cliniques Vétérinaires : pour recevoir gratuitement vos kits tout prélèvements:

(OFFRE RESERVEE AUX VETERINAIRES)

(tubes EDTA, écouvillons stériles, tubes secs stériles, colis pour l’envoi des échantillons…)
merci de nous donner votre adresse via le formulaire accessible ci-dessous :

Votre nom (obligatoire)

Nom de la clinique (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre adresse (obligatoire)

Votre numéro de téléphone